• Wandering Retail

Prêt à rouvrir?? Ready!



Ce qui va à changer dans la selling ceremony? Rien… ou presque!

Dans une excellente cérémonie de vente, la première chose indispensable qui doit être créée entre le client et l'ambassadeur de la marque est la confiance. Dans ce moment serait plus que indispensable. Nous devrons faire face à deux situations qui sont mutuellement discordantes mais liées dans un double fil, dans ce qui peut sembler un paradoxe incroyable, mais qui pourraient également révéler notre force si elles sont bien gérées. Notre client sera partagé entre une envie de "désorientation", puis de se retrouver "ailleurs", d'oublier la situation que nous vivons, de se lancer dans le fameux voyage, et le besoin de se rassurer, de se retrouver dans un environnement protégé et à ne courir aucun danger. Comment concilier les deux? Comment déstabiliser mon client si nous sommes tous équipés de masques, de désinfectants et de l'obligation d'une distance d'au moins un mètre? La nécessité aiguise l'ingéniosité, et dans les limites sont les possibilités.

Revenons au concept de confiance. Cela a toujours été la base d'une relation essentielle entre le client et le vendeur. Lorsque la distance est nécessaire (en outre limite inutile, car dans une relation correcte avec le client, la distance physique au moins initiale a toujours été nécessaire; le client doit toujour se retrouver dans une espace à lui reservé, où sa libertè n’est

touchè; du simple bon ton, ou juste de l’education), le sourire et l’accueil devient fondamentaux.Première objection! Mais si nous avons le masque, comment puis-je sourire?

Un sourire est immédiatement transmis à travers toutes les expressions corporelles (yeux, par exemple) et orales (un« bonjour » dit avec un sourire acquiert rapidement un sens différent). Les gestes.Évitez toute raideur dans la posture, mais mettezune certaine douceur dans la marche; les mains peuvent aider à indiquer, accompagner, nous faire sentir présents tout en respectant les règles de sécurité.



N'hésitez pas aussi à rassurer par des phrases claires (je suis avec vous, un peu distant mais présent) et à utiliser tous les systèmes de désinfection prévus entre un client et un autre, de manière professionnelle et en temps opportun, devant le client même (que ce soit l'espace dédié à la cabine d’essayage ou à le vetment qu’il doit essayer), et surtout il faudra jamais oubliè de remettre son achat au client déjà fermè dans le cellophane, qui bien sûr sera encore une fois stérilisé avant de le mettre dans le sac. (L’ensemble de ces actions le rassureront et feront sentir laise avec nous , comme ça la « désorientation » pourra commencer.

En ce moment, il sera important de penser aussi à une revisitation de l'espace; à des ambiances accueillantes (un parfum qui identifie la marque et cache un peu l'odeur du désinfectant (merchandising olfactif), mais aussi de créer - et c'est un conseil pour les marques! - des masques personnalisés qui identifient la marque, qui doivent etre en ligne avec les uniformes, un peu charmants aussi. Ceci auront surtout pour but de faire oublier l'environnement un peu hospitalier auquel nous devrions être confrontés les prochains mois. Il faut non plus oublier le story telling, qui plus que jamais il doit projecter le client dans l’idée d’un futur rassurante et proche.

Toujours un petit conseil pour les marques: on pourrait penser à une série de masques personnalisés (en ligne avec la collection, qu'il s'agisse t’elle du prêt-à-porter, d'objets de deco ou de cosmétiques) avec lesquels rendre hommage à l'achat du client.



Le masque, une fois le moment de besoin passé, deviendra un accessoire supplémentaire auquel notre client fera attention; en avoir plusieurs et aussi de sa propre marque préférée sera une attention presque normale. Et des conseils de maquillage pour les dames? La mise en valeur des yeux deviendra fondamentale, et un beau partenariat ou co-branding entre textile et cosmétique pourrait en résulter gagnant.



Cette attention ne peut être tenue pour acquise, ce qui pourrait donner lieu à des partenariats intéressants. On peut déjà s'attendre à une augmentation des crayons pour les yeux, du mascara et des ombres à paupières. Pourquoi ne pas anticiper?

Et si on ne travaille pas en pret à porter? Les ingrédients restent toujours les mêmes: rassurer et déconcerter à la fois. Et de minimiser. Mais avant que pour nos ambassadeurs de vente, l'effort devra être fait par les entreprises elles-mêmes. Pour pouvoir travailler sereinement, vos collaborateurs devront être placés dans les bonnes conditions: de la formation pour expliquer les nouvelles méthodes de travail, comment réagir face à des situations difficiles, quels sont les systèmes de sécurité que l'entreprise a conçus pour eux. Un appui fondamental et indispensable pour rouvrir en paix et assurer une reprise rapide.


0 visualizzazioni0 commenti

Post recenti

Mostra tutti